16 juillet - Profondeur immuable

Toute pensée, tout débordement émotionnel et tout désir est pareil à un caillou que l'on jette dans le lac du mental. Les pensées ininterrompues sont comparables aux rides qui se succèdent à la surface de l'eau: elles vous empêchent de voir clairement à travers. Vous n'accordez jamais un instant de repos à votre mental. Soit il veut à tout prix satisfaire un désir, soit il est en colère, ou jaloux, soit il aime, ou il déteste. Et si rien ne se passe dans le présent, les souvenirs du passé s'imposent insidieusement. Plaisirs, douleurs, joies, regrets, ressentiments... il y a toujours quelque chose. Dès que le passé se retire, le futur apparaît avec ses belles promesses et ses rêves. Le mental est ainsi continuellement accaparé, toujours occupé et jamais libre.
Mais en réalité, vous ne voyez que la surface, vous ne percevez que les vagues. Et parce que vous ressentez cette agitation, vous faire l'erreur de penser que la profondeur bouge également, alors que le fond est immobile. Il est toujours en repos. Vous projetez le mouvement de la surface - les ondulations des pensées et des émotions - sur la profondeur immuable, sur le fondement originel. Le mouvement dû aux vagues des pensées n'appartient qu'à la surface, au mental.

Tout est en vous - Paroles d'Amma